Le statut de VDI

 

Devenir conseillèr(e) à domicile permet de concilier vie professionnelle et personnelle tout en profitant d’une autonomie, d’une liberté d’organisation et d’une souplesse des horaires. Découvrez en quoi le statut de VDI vous correspond si vous débutez votre activité.

 

Caractéristiques du statut de VDI

Le statut de Vendeur à Domicile Indépendant est parfaitement adapté au démarrage d’une activité ou en complément d’activité. Le/la conseillèr(e) bénéficie d’un statut d’indépendant mais avec des aménagements spécifiques : un régime social, fiscal et juridique clair et sécurisant, des formalités administratives simples.

Ce statut est cumulable avec une autre activité de vente à domicile, à condition de ne pas travailler pour des entreprises directement concurrentes. De plus, sauf situation spécifique, le statut de VDI permet de continuer à percevoir des allocations de chômage, au prorata des gains, ou une retraite. Le statut de conseillèr(e) Mamie & Co est cumulable avec un autre emploi, à condition que l’employeur l’autorise et qu’il n’existe pas de clause de non concurrence.

Si son activité se développe, le Vendeur à Domicile Indépendant devra s’inscrire à un registre professionnel pour devenir soit Agent Commercial, soit Commerçant. Bien entendu, il pourra continuer à collaborer avec la ou les entreprises pour lesquelles il était auparavant vendeur sous contrat VDI.

Si le vendeur à domicile perçoit, pour son emploi de VDI, une rémunération brute annuelle supérieure à 50% du plafond annuel de la Sécurité Sociale pendant 3 années consécutives, il perd son statut de VDI et devra alors obligatoirement s’inscrire à un registre professionnel.

 

Le contrat de VDI acheteur – revendeur

Mamie & Co propose à ses conseillèr(e)s un contrat de VDI acheteur – revendeur.

  • En tant qu’acheteur – revendeur, le VDI achète puis revend les produits fournis par Mamie & Co. D’un point de vue fiscal, le VDI relève du régime des bénéfices industriels et commerciaux (BIC).
  • Le contrat de VDI n’implique aucun lien de subordination avec l’entreprise et ni le Code du travail ni les Conventions Collectives ne lui sont applicables.
  • D’un point de vue social le VDI est  rattaché au régime général de la Sécurité Sociale et bénéficie de droits sociaux au même titre que les salariés.

 

Devenir conseillère