Névralgie d’Arnold : 7 Remèdes de Grand-mère pour se Soulager

Ça commence derrière le crâne et ça irradie parfois jusqu’entre les deux yeux… Et c’est vite infernal. Ce n’est pas un simple mal de tête passager, mais une affection qui touche les cervicales. Vous faites partie des 0,5 à 1% des personnes touchées par la névralgie d’Arnold ? Ce n’est pas de chance, c’est sûr. Mais heureusement, quelques remèdes de grand-mère peuvent, non pas vous soigner, mais vous soulager.

Vous pensez avoir tout essayé ? Eh bien peut-être que vous allez encore découvrir des astuces aujourd’hui. Après tout, on en apprend tous les jours, non ?

Qu’est-ce que la névralgie d’Arnold ?

Du nom de l’allemand qui l’a découverte au 19ème siècle, cette affection serait identifiée dans 8,7% des cas de pathologie cervicale. Le nerf d’Arnold, ou nerf du grand occipital, chemine entre les deux premières vertèbres du cou, et traverse le crâne en se séparant en deux bras, de chaque côté de la tête.

Un faux mouvement, une contracture, du stress… Plusieurs causes qui peuvent mener à un même problème. La voilà, cette douleur qui ne veut pas vous lâcher, qui revient sans cesse, et que l’on nomme poétiquement (ou pas) névralgie d’Arnold. Et si on lui faisait sa fête, pour de nouveau pouvoir la faire, la fête ?

1. L’huile essentielle de menthe poivrée

L’une des armes de la lutte contre un mal de tête, c’est elle. Le chef de file, ou en tout cas, un haut gradé de l’armée de phytothérapie. Son point fort ? Son effet refroidissant, analgésique, capable d’apaiser de nombreuses douleurs. Vous pouvez masser vos tempes avec une goutte dans de l’huile végétale comme l’amande douce, par exemple. Si vous l’appliquez directement sur la peau, elle risque d’être irritante.

Faites attention à vos yeux, qui ne vont pas apprécier. Fermez les yeux, et massez doucement par des petits mouvements circulaires du bout des doigts. L’effet rafraîchissant va vite se faire sentir, et remplacer peu à peu la douleur. Vous pourrez ainsi plus facilement vous détendre, et donner un peu de répit aux muscles qui se trouvent autour du nerf d’Arnold.

2. L’huile essentielle de romarin camphré

Vous voulez éviter ce côté froid, et ne pas prendre de risques pour vos yeux ? Pas de problème. Il y a heureusement d’autres huiles essentielles. Le romarin camphré a la particularité de pouvoir intervenir en cas de contractions musculaires. Un bon lieutenant au rôle antispasmodique. 

En massage, de la même manière que précédemment, cette huile peut vous apporter détente et bien-être mérités après une journée à avoir supporté cette douleur infernale. Vous allez vous sentir tellement léger !

3. La camomille

lutter contre la névralgie d’Arnold avec la camomille

Le mot d’ordre pour soulager la névralgie d’Arnold, c’est la décontraction ! C’est donc le moment de ressortir les petites infusions de camomille, que certains aiment d’ailleurs appeler « pisse-mémé ». En attendant, pipi ou pas, vous serez bien content de pouvoir vous reposer plus sereinement, grâce à cette plante bienfaisante.

Elle est capable d’agir efficacement sur la douleur et les contractions musculaires. Si ce n’est pas déjà fait, adoptez-la avant d’aller vous coucher, de préférence. Oui, sinon, vous risquez de vous sentir tellement détendu dans la journée, que vous aurez surtout envie de faire la sieste !

4. Le gingembre

Le problème en cas de névralgie, c’est l’inflammation subie par un nerf. Ici c’est celui d’Arnold. Il faut donc éteindre le feu. Vous avez l’image ? Le gingembre contient notamment des oléorésines, responsables du goût un peu piquant. Mais soyez rassuré, il ne va pas souffler sur les braises. Au contraire, c’est ce qui lui donne ses propriétés antidouleur. Même s’il est fort en goût il va vous apporter du bien-être en soulageant cette sensation qui vous empoisonne la vie.

N’hésitez plus à essayer l’infusion de racine ou de gingembre frais, ou son jus. Les principes actifs de ce tubercule en font un aliment très prisé en médecine ayurvédique notamment. Pourquoi ne pas vous offrir ses bienfaits, vous aussi ?

5. Alterner le chaud et le froid

Si vous connaissez une personne qui a tendance à souffler le chaud et le froid, c’est le moment de l’appeler ! Blague à part, cette astuce de grand-mère s’appuie sur l’intérêt de chacun de ces deux extrêmes de températures.

  • Le chaud permet la vasodilatation des vaisseaux, et aide à la décontraction musculaire ;
  • Le froid remobilise tout ce petit monde et active la circulation sanguine.

Les deux sont donc complémentaires pour prendre soin de votre nuque. Sortez votre bouillotte et quelques glaçons du congélateur, vous avez rendez-vous avec la détente !

6. Mobiliser votre nuque

étirement nuque névralgie d’Arnold

Des mouvements doux et des étirements peuvent permettre de lever une contraction de certains muscles du cou. S’ils se détendent, ils vont laisser tranquille le nerf d’Arnold, et vous aussi, par la même occasion ! Plusieurs fois par jour, surtout si vous passez beaucoup de temps devant un écran, ou en voiture par exemple, vous pouvez pratiquer quelques exercices faciles.

Comme le conseille le kinésithérapeute Grégoire Gibault, alias Major Mouvement, sur les réseaux sociaux, vous pouvez : 

  • Arrondir le dos, puis l’étirer en le creusant ;
  • Avancer puis reculer la tête, tout en gardant le buste droit ;
  • Regarder d’un côté, puis de l’autre ;
  • Penchez la tête d’un côté, puis de l’autre, tout en regardant devant…

Le mouvement, c’est la vie, pensez-y !

7. Réduire le sucre

Non, ce n’est pas une punition, mais bel et bien une recommandation sage et avisée. Le sucre blanc particulièrement, issu d’un processus de raffinage, a tendance à favoriser les processus inflammatoires. Si vous êtes sujet aux névralgies d’Arnold, à cause d’une position régulièrement stressante pour vos muscles, réduire le sucre peut limiter la tendance à l’inflammation. Inutile de nourrir la bête, vous voyez ce que l’on veut dire ?

Conclusion

La névralgie d’Arnold vient d’une compression ou d’une irritation du nerf du même nom. Il est donc essentiel de vous détendre pour réduire l’inflammation de la zone. Grâce à nos remèdes de grand-mère, vous savez désormais comment vous soulager rapidement, et naturellement.

Vous voulez éviter de reproduire le même schéma et de subir des douleurs chroniques ? Pensez à consulter un ostéopathe qui pourrait identifier des tensions et les relâcher. Faites également régulièrement des exercices pour détendre vos muscles du cou, surtout si vous travaillez sur l’ordinateur ou avec des mouvements répétitifs.

Dernières astuces

Impatience dans les Jambes : 8 Remèdes de Grand-mère Naturels

Sujet de plaisanterie pour certains, source de souffrance pour...

Mycose à l’Ongle du Pied : 12 Remèdes de Grand-mère Efficaces !

Horreur, malheur ! Une mycose de l'ongle vient s'installer...

Brûlures d’Estomac : 10 Remèdes de Grand-mère pour se Soulager

Vous avez profité d'un bon repas, mais une chose...

9 Astuces et Recettes de Grand-mère Contre l’Algodystrophie

L'algodystrophie, ou algoneurodystrophie, un nom aussi complexe que le...

S'inscrire
S'inscire

Rejoignez notre Newsletter

Les derniers articles contenant nos astuces et remèdes de Grand-Mères naturels et efficace directement dans votre boite mail!
close-link